Soyez les bienvenus chez les professionels de la santé..

0671-60-66-06 7:30 - 16:00 (Sam - Mer)   7:30 - 14:00 (Jeu)

L’OCT du segment antérieur

L’OCT du segment antérieur apporte plusieurs éléments utiles pour le bilan des glaucomes:

  • Il visualise l’angle irido-cornéen à la lumière et dans l’obscurité. Il peut ainsi compléter l’examen clinique de l’angle (gonioscopie), en cas de doute.
  • Il apprécie la forme de l’iris.
  • Il mesure l’épaisseur de la cornée centrale (pachymétrie).
  • Il apprécie la participation du cristallin à la fermeture de l’angle.
Deux appareils sont spécifiquement dédiés à l’étude du segment antérieur de l’œil : l’OCT Visante®, et le Casia®. Ce dernier appareil permet une visualisation en 3D et des coupes 2D d’excellente résolution.
La limitation de ces appareils, dont le principe repose sur des mesures d’interférométrie d’ondes lumineuses, est leur incapacité à visualiser les éléments de l’œil situés derrière le feuillet postérieur pigmenté de l’iris.
L’UBM
L’UBM est une biomicroscopie à ultra-sons. Elle est aussi appelée ETHF pour échographie à très haute fréquence.
Elle visualise les mêmes éléments que l’OCT mais permet en plus la visualisation des éléments situés en arrière de l’iris car les ultra-sons ne sont pas absorbés par son feuillet pigmenté. L’UBM permet en particulier de visualiser les procés ciliaires permettant ainsi le diagnostic de certitude du syndrome iris-plateau.
Application de l’OCT de segment antérieur dans l’étude des glaucomes
L’OCT de segment antérieur est une technique d’imagerie de réalisation simple, rapide et non invasive permettant d’obtenir des images de bonne résolution du segment antérieur de l’œil. Le glaucome représente un champ d’application très vaste pour l’OCT de segment antérieur. Au-delà de l’analyse morphologique et morphométrique dynamique des structures de la chambre antérieure et de l’angle irido-cornéen en particulier, de nombreuses autres applications, comme le suivi de la chirurgie filtrante ont été développées.
Imagerie du segment antérieur et glaucome
(Rédigé par Aptel F, Grenoble) Les différentes techniques d’imagerie optiques ou ultrasonores permettent une analyse précise, reproductible et non-invasive des différentes structures du segment antérieur de l’œil.
Dans le domaine du glaucome, ces méthodes d’imagerie permettent d’obtenir des informations précieuses et parfois indisponibles lors de l’examen clinique biomicroscopique, et possèdent de ce fait de nombreuses applications. Une des principales indications est l’analyse morphologique, biométrique et éventuellement dynamique de l’angle irido-cornéen, permettant de diagnostiquer certaines formes étiologiques de fermeture de l’angle tel que le syndrome d’iris-plateau, d’aider à estimer le risque de fermeture de l’angle notamment en évaluant le comportement de l’iris en mydriase, et donc d’aider à sélectionner les yeux devant bénéficier d’une iridotomie laser.
Ces méthodes d’imagerie peuvent également aider au suivi après chirurgie filtrante ou intervention laser, permettant par exemple d’étudier la morphologie interne des bulles de filtration, de la distance focale), et le reste apparaitra flou. L’Autrichien Theodore Scheimpflug a montré qu’il était possible de voir nettement la totalité d’un objet observé de façon tangentielle en orientant le foyer image de telle sorte que les trois plans formés par l’objet, l’objectif et le foyer image se coupent tous en un même point.
Les caméras Scheimpflug utilisées en ophtalmologie utilisent ce principe pour obtenir en un seul temps une coupe des différentes structures du segment antérieur (cornée, chambre antérieure, face antérieure de l’iris et cristallin). Le principe Scheimpflug se prête particulièrement à l’utilisation de caméras rotatives qui permettent d’obtenir des coupes multiples des structures visualisées.